Créer un site internet

Histoire du Bouvier des Flandres 1913, ancienne carte postale Bouvier des Flandres

   Un peu d'histoire...

 

N'étant pas égoiste je  vous fait partager cet article RARE dont j'ai le magazine. Car il est interressant de retourner dans le temps pour voir les origines de notre cher Bouvier des Flandres. A quoi ressemblait 'il avant ? Cela permait de voir son évolution. Et on remarquera qu'il était beaucoup plus rustique avant. Aujourd'hui sa toison a évolué et pas forcément à notre avantage, car il faut le dire, malgré qu'il soit un chien dit "rustique", il demande comme même du brossage pour qu'il soit convenable et pour ne pas ressembler à une couverture serrer remplie de noeud. Car le minimum de toilettage c'est bien le brossage et peignage pour donner au chien un aspect non négliger de façon a rendre sa peau et son poil, bien aéré. Il n'est pas ici question de dire si on préfere ou pas le bouvier avant ou maintenant mais uniquement de se rendre compte de son évolution.

Article et photos provient de la  Source du magazine :

Vie à la campagne Vol XIII - N°155 du 1er Mars 1913 - Hachette & Cie.

 

 Couverture du Magazine Vie à la Campagne de 1913 Bouvier des Flandres

 

Groupes de Bouviers du Nord. L'examen de ces chiens fait nettement ressortir le type de Griffon qui les caractérise.La dernière exposition canine de Lille comprenait une classe importante de Bouviers, dénommés "Bouviers des Flandres". Quelques critique qu'on puisse faire sur le lot de chiens réunis dans cette classe, il n'en est pas moins vrai que, pour un oeil exercé, il y avait là des caractères bien définis. Si tous les sujets n'étaient pas parfaitement homogènes, un grand nombre d'entre eux avaient, dans la conformation du crâne, dans le squelette, la texture du poil, une telle ressemblance, que sans aucun doute, on se trouvait en face d'une race locale très ancienne, fixée et merveilleusement adaptée sous ce climat froid et humide des Flandres. Et de fait, en l'année 1912, quelques amateurs, guidés par des esprits convaincus et éclairés, ont pu réunir les meilleurs sujets épars dans les campagnes flamandes. En premier lieu, c'est justice de citer MM.Fernand Smeers et Valére, aux quels revient l'honneur d'avoir fait mieux connaître les Bouviers des Flandres.

 

Groupes de Bouviers du Nord. L'examen de ces chiens fait nettement ressortir le type Griffon. Ils ne doivent en aucune façon ressembler au Briard. Jamais brossé, mal nourri, pas ou peu abrité, le Bouvier a dû payer un large tribu à la mort.

 Bouviers des Flandres de 1913 - Type de chien de guerre

C'est la sélection naturelle, ainsi qu'elle doit se pratiquer à l'état sauvage.

 Il est le type de chien de guerre; son intelligence lui permet d'ailleurs d'affronter tous les dressages.

 

 SUJETS D'UN ASPECT ESSENTIELLEMENT SUPERIEURE.Bouvier des Flandres de 1913. Un couple bien homogène
Il est, à notre avis, difficile de retrouver à ce chien une origine qui ne soit pas discutable, et ceux qui la font remonter à des ancêtres disparus émettent une hypotèse et rien de plus. Ce chien provient-il d'un croisement ancien de notre vieux chien français de Beauce avec le chien de Brie, ou le chien de Brie avec un croisement de Griffon a-t'il formé ce type de Bouvier des Flandres ? Il serait osé d'émettre un jugement et surtout de l'appuyer de preuves; nous pensons cependant que ce Bouvier est d'origine Française, car il présente une grande analogie comme squelette avec nos Bouviers du Centre.Nous nous contenterons de reconnaître à ce chien, que nous trouvons merveilleusement doué, les qualités physiques et morales qui en font, pour un emploi pratique, un animal de premier ordre, en laissant de côté cette question d'origine, difficile à établir. Bien planté, avec des membres droits et forts, le dos court, bâti en cob, souple, énergique, tel se présente le Bouvier des Flandres. Son poil sec et rude, sa vigueur, sa rusticité en fond le type accompli du chien de guerre, du chien de défense, du chien de garde  et du chien pour la conduite du gros bétail, d'ou lui vient son nom de "Bouvier". En Flandre, il est employé également à battre le beurre en tournant une roue motrice.                                                                              

 

                      Il présente nettement la chute du poil et la bourre épaisse très caractéristique  au  chien vivant en plein air.  Les sourcils sont épais et la barbe apparente. Le Bouvier naît, en générale sans queue.

 

TETE ET PELAGE CARACTERISENT LE BOUVIER.
La tête est de moyenne longueur, forte, massive, le crâne assez développé et plat, le stop peu accentué, les joues plates; les mâchoires d'égale longueur sont puissantes, le museau pas trop long, assez large, les lévres serrées, le nez large de couleur noire, les yeux de grandeur moyenne, de couleur brune. Le poil doit être rude, sec, pas très long, rappelant celui du Griffon; c'est un poil de blaireau, avec un sous-poil formé d'un duvet fin et serré. La tête surtout doit être caractéristique, avec des sourcils assez touffus retombant légérement, barbe et moustache apparentes; une collerette autour de la tête donne à ce chien un aspect sauvage. La robe est généralement fauve, grise, gris cendré, parfois bringée. La taille varie pour les mâles de 57 à 62 centimètre et pour les femelles, de 55 à 60 centimères. Le Bouvier naît généralement sans queue, et ses oreilles souvent lourdes sont coupées, comme chez nos chiens de Beauce et de Brie. Quelques sujets ont des tendances à avoir des roreilles naturellement droites. En résumé, chien bâti en force, de taille moyenne, bien d'aplomb, avec membres forts, corps plutôt court et épais, ayant un tempérament très énergique, une grande mobilité, un aspect rustique et imposant, un regard très intelligent.

 

                                                     Bouviers des Flandres de 1913. Deux types différents de BouviersBouviers des Flandres de 1913. Deux types de BouviersQUALITES MORALES INCOMPARABLES ET APTITUDES AU DRESSAGE.
L'intelligence du Bouvier est très vive; elle décèle dans le regard, qui est d'une mobilité étonnante; l'obéissance est naturelle; la fidélité et l'attachement au maître pourraient devenir proverbiales. Ce chien est hardi, courageux, ayant conscience de sa force sans être méchant. C'est un gardien d'élite. Bien qu'il soit, en général, doux de caractère, si le Bouvier accepte la réprimande, il comprend difficilement qu'on puisse le frapper, et la correction le révolte parfois. Comme tous les primitifs, c'est animal est doué d'un flair incomparable, et cette qualité en fait un chien des plus précieux. Il est incontestable que, pour un service de garde, pour accompagner son maître à la promenade, pour être employé à la défense, pour le service de la police, pour un service de guerre, le Bouvier est un chien de tout premier ordre, que ses qualités de vigueur, de rusticité, d'intelligence le rendent très précieux. Dans le service spécial de recherche des blessés (1), où nous avons employé de nombreux sujets, les résultats ont été rapides et excellents. Ce chien très doué se plie vite à toutes les éxigences de ce métier nouveau pour lui; il posséde une initiative qui le sert dans les cas difficiles; il apporte, malgré sa brusquerie apparente, une grande douceur dans son rôle de secouriste; enfin son flair puissant lui permet de battre le terrain à allure rapide. Ne craignant ni les fourrés, ni les ajoncs, rien ne l'arrête, rien ne le ralentit dans sa recherche. C'est un chien idéal pour un service de guerre.

 

CENTRALISATION DANS LES FLANDRES.
Ce Bouvier des Flandres est assez répandu dans le Nord de la France et au delà de la frontière; on le trouve surtout spécialisé dans le rôle de gardien, attaché à une longue chaîne, n'ayant pour abri qu'une simple planche adossée à un arbre ou à un mur, abri sans paille, ouvert à tous les vents, souvent mal protégé de la pluie. Il est incontestable qu'avec une telle hygiène la mortalité a dû être élevée; il s'est vraisemblablement produit une sélection naturelle qui à fait disparaître les faibles. On s'explique facilement qu'avec ce régime les survivants soient d'une rigueur et d'une rusticité merveilleuses. Jamais pansé, mal nourri, ce chien conserve au contact de la nature une santé robuste. Cette même nature, qui pourvoit à tout, lui a donné une toison fourrée qui lui permet d'affronter toutes les intempéries.

Le Club Français du Bouvier des Flandres, qui a à sa tête des hommes expérimentés, saura certainement conserver à cet excellent Chien Français ses qualités très grandes. Il peut être opposé aux meilleures races étrangères; aucune ne lui est supérieure, et beaucoup sont loin de l'égaler.    Capitaine TOLET.

 

 N'hésitez pas à faire un lien pour faire découvrir  cet article pour les passionnées de Bouvier des Flandres. MERCI A VOUS...Valérie

 

 

Carte Postale Bouvier des flandres, toilettage, livre, éleveur, historique, standard, Aboiezen, toilettage domicile, Calvados

 

 Eleveurs de Bouvier des Flandres. CLIQUEZ ICI

***********************

Vous êtes éleveurs, vous pouvez peut être m'aider dans ma recherche :

http://aboiezen.e-monsite.com/rubrique,bouvier-des-flandres,839681.html

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×